Colonie de vacances de Plainpalais
'

105 ans d'histoire de la colonie

de 1905 à 1930

En effet, c'est en 1905 que l'Association des intérêts de Plainpalais forme une commission dont le rôle est de créer une colonie de vacances. Le nombre de colons choisis fut de 29 répartis dans 15 familles de la Rippe, pas très loin de la colonie actuelle. La durée de ce premier séjour y a été fixée à 25 jours.

C'est en 1906 que la colonie se dote de statuts, devient indépendante des Intérêts de Plainpalais, et constitue un comité de 15 membres.

En 1908, la colonie de Plainpalais adopte les statuts de la Fédération des colonies de vacances du canton de Genève et en devient membre.

Vu le nombre de demandes en forte augmentation pour 1909, le Conseil Administratif de Plainpalais examine la possibilité d'allouer un capital à la colonie afin d'acheter une maison de campagne ou éventuellement de construire. Le conseil municipal vote un crédit de fr. 30'000. - et fera construire un bâtiment dont la colonie sera locataire.

La construction (voir image) est achevée pour le séjour 1910. Des fonds doivent être trouvés pour l'achat de 100 lits, 100 oreillers, 150 taies, 150 couvertures, 300 draps pour un montant de fr. 5'510 et un fourneau pour fr. 450. -. C'est une année importante, car pour la première fois, la colonie est dans ses murs. Cette année-là, le départ du séjour est le 20 juillet pour 81 colons pendant 38 jours. Trouvé dans les rapports de l'époque « Ce séjour a donné des résultats probants. Alors que le poids moyen des enfants en casernement oscillait entre 0.148 gr et 1.100 gr, la première année voyait cette moyenne s'élever à 1.735 gr. ». On ose espérer qu'il s'agit de l'augmentation moyenne et non du poids des colons. La même année, on trouve encore cette phrase : « Une dépense totale de fr. 2845. - soit par enfant fr. 1,06 par jour ; les frais en casernement sont inférieurs au cantonnement ». Peut-être un peu militaire !

Quelques améliorations des locaux ont lieu en 1911, et c'est en 1912 que, suite à des problèmes avec les parents, le comité décide d'établir un règlement et avance la date des inscriptions pour permettre une enquête plus poussée.

Un premier rapport médical est établi par le médecin de la colonie en 1913.

En 1914, le Département de l'Instruction Publique donne 100 pèlerines qui resteront propriété de la colonie.

C'est à partir de 1915, à cause du déficit, qu'une participation sera demandée aux parents.

Le règlement mis à l'étude est adopté en 1916.

En 1917, les dépenses augmentent et la guerre n'est pas étrangère aux difficultés financières de la société. De plus, la santé des enfants se dégrade et les besoins de place dans les colonies se font sentir.

Les statuts sont modifiés en 1918 : Deux médecins viennent rejoindre le comité et forment avec un troisième membre, une commission médicale chargée de la visite médicale. Les séjours seront désormais de 50 jours.

En 1919, la montée des colons se fait en bateau et en train.

Un don de 10 lits par la commune de Plainpalais, en 1921, agrandit la capacité de la colonie, mais le manque d'eau se fait sentir.

En 1922, la colonie reçoit un fanion offert par des sociétaires. Relevé dans le rapport « dès les premiers jours un colon … muni d'un argent de poche trop considérable pour un moutard de cette taille… »

L'eau manque de nouveau en 1923, la galerie et les escaliers en bois sont remplacés par une rampe en béton. (voir image) On parle de l'auto-camion de la mairie mis à disposition, comme de coutume, de la colonie.

Enfin l'eau arrive en 1924, car la commune de Plainpalais fait construire un réservoir de 20'000 litres au Jubillet. Une chambre supplémentaire et une salle de bains sont ajoutées à l'infirmerie. Une terrasse solarium en béton est aménagée, des lavabos en béton remplacent les « auges en bois », la cuisine est dotée d'une réserve d'eau chaude, les WC sont modernisés. Le terre-plein est « macadamisé » et la cave agrandie. Les matelas sont changés et des mesures sont prises contre l'incendie.

Les vingt ans de la colonie sont fêtés en 1925 avec diplôme d'honneur et médailles.