Colonie de vacances de Plainpalais
'

105 ans d'histoire de la colonie

de 1931 à 1945

En 1926, les statuts prévoient un comité de 11 membres.

Une année sèche pour 1928, le réservoir est à sec et la commune fait monter à 2 reprises l'arroseuse municipale. La réfection de la canalisation a donné de bons résultats.

Un toilette est ajouté à l'infirmerie en 1929.

L'annexe de la maison du gardien est transformée en 1930, permettant la création d'un nouveau dortoir pour une quinzaine d'enfants supplémentaires. La lumière électrique est installée et les égouts prolongés. Une nouvelle parcelle est acquise par la municipalité de Plainpalais ou sera construit le chalet offert par M. Casai, Maire de la commune.

C'est en 1931, que la colonie atteint une de ses plus grandes participations avec 160 colons. La mairie de Plainpalais fait construire un grand préau couvert, la cuisine est agrandie et dotée d'un grand fourneau moderne. Le comité aura un économat. Du fait de la fusion des 5 communes suburbaines en une seule, la Ville de Genève, c'est cette dernière qui présidera dorénavant aux destinées de la colonie.

En 1933, la Ville de Genève, nouveau propriétaire des bâtiments, fait établir des casiers pour les affaires de toilette, crée une buanderie et fait goudronner les chemins d'accès. Ces diverses améliorations prouvent que dès le début, la Ville de Genève a montré son attachement à la colonie.

L'année suivante, en 1934, l'Etat de Genève décide la suppression des subventions aux colonies. La Ville de Genève continue de verser sa part et permet aux colonies de ne pas fermer. Suite à la pénurie d'eau, un nouveau réservoir de 35'000 litres est construit par la municipalité de Genève.

Grâce à l'aide de la Ville de Genève, des couvertures chaudes ont pu être achetées pour l'année 1935, Pour 1936, pas mal d'événements sont à signaler. Pour commencer, une loterie d'entraide et un festival sont organisés au profit des cuisines scolaires, de la crèche, de la colonie et des trois associations de Plainpalais. Une écurie est créée sous le hangar, un auvent est posé devant la cuisine et à la place des cuvettes WC cassées, des toilettes turques ont été posées pour un entretien plus facile.

Pour la première fois, une visite des parents est organisée. 162 colons participent au séjour, c'est le record. Par mesure d'économies, on maintient le nombre de surveillants à 5 au lieu de 6 ; il y a 160 colons.

En 1937, c'est 161 colons qui ont participé au séjour. Le renouvellement des sacs pour les trousseaux est devenu indispensable.

C'est en 1938 que la Ville de Genève, avec l'accord de la municipalité de Bassins, fait construire une station de pompage pour en finir avec la pénurie d'eau. La montée des enfants, pour la première fois, se fait en car. (voir image)

Des travaux d'écoulement des égouts et de drainage du terrain sont exécutés en 1939.

A cause des événements du printemps 1940, Bassins est déclaré « Zone militaire », la colonie organise une garderie, à la Grande-Boissière, dans les locaux de l'école internationale, avec 154 enfants pendant les 50 jours mais de 8 h. à 18 h. 45 avec départ et retour en tram au rond-point de Plainpalais.

Après la réparation des matelas mis à mal par l'armée, le séjour 1941 s'organise à nouveau aux Plattets. Un jardin potager est créé pour palier aux difficultés de ravitaillement.

Grande amélioration pour le séjour 1942, la cuisine est équipée d'une chambre froide et la montée se fait en train, rendez-vous derrière Notre Dame.

Grande amélioration, cette fois pour l'hygiène, un « Cumulus » de 800 litres et la construction de 8 douches sont prêts pour le séjour 1943. La cuisine est dotée d'une nouvelle « chaudière ». Les rationnements touchent la colonie et des demandes de tickets pour le pain sont faites auprès de la population afin d'augmenter les rations journalières.

La séance de cinéma a lieu au « Colibri ». Pris dans le rapport de l'infirmière pour l'année 1944 : « Les enfants nerveux ont été consolidés par une cure de douches froides … » ; les méthodes ont heureusement changé !

En 1945, grâce au don de Pro-Juventute, deux douches sont ajoutées ainsi qu'un vestiaire fermé. L'installation du téléphone change la vie de la colonie.